Le Projet de création du Complexe Culturel de Florac naît dans les esprits en 1992. L’année d’après, la fermeture de la salle des fêtes municipale pour cause de vétusté le place au cœur des discussions. Très vite le Ministère de la Culture, par le biais de la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Languedoc-Roussillon, s’intéresse à l’idée et fait évoluer le projet de « salle des fêtes améliorée » vers un véritable outil professionnel pouvant assurer avec le plus grand soin la logistique nécessaire à la qualité des spectacles et offrir au public le confort des grandes salles.

L’année 1995 marquera le début des travaux. Deux ans plus tard, en Septembre 1997, le lieu est officiellement ouvert et les premiers spectacles sont proposés aux populations. Le pari est osé… »créer » un public et une saison culturelle en milieu rural ou la présence artistique est très faible, s’avère ambitieux…

Pourtant dès 1998, le lieu accueil des artistes en résidence. Les activités se développent vite, certains spectacles naissent même de cette scène qui rapidement obtiendra une reconnaissance unanime des professionnels et des artistes.

Les années 1999 et 2000 seront placées sous le signe de la communication. Un programme est édité. Il apparaîtra ensuite sur le site Internet de la ville de Florac. C’est aussi à cette période que sera proposé le premier spectacle Hors les murs.

En 2001 naît la « Carte Genette ». Ce système d’abonnement économique et peu contraignant connaît très vite un vif succès. 2001 est aussi l’année des « Concerts debout », permis par le rabattement d’une partie des tribunes de la salle. La jauge passe alors de 272 places assises à 116 places assises et 320 places debout dans la fausse.

2002 sera quant à elle l’année de la « Re-Naissance » puisque le Complexe Culturel affirmera son identité en abandonnant son appellation générique pour devenir « La Genette Verte ». C’est aussi cette année que le site Internet de la Genette Verte se fera une place sur la toile.

2003 se fera le témoin d’une fréquentation croissante : les abonnés viennent de 46 communes et la Genette recense environ 20 000 passages par an. La programmation est alors annuelle, adaptée à un fonctionnement de saison culturelle de septembre à juin.

2004 est l’année la plus difficile pour la Genette qui doit renoncer à 5 spectacles prévus au printemps, les contrats emplois jeunes arrivant à terme, le budget doit être revu à la hausse… Un programme culturel Européen, et le nouveau soutien de la Région Languedoc-Roussillon permettent de terminer la saison. Dés le mois de septembre la « Carte Pass » est devenue la « Carte Genette » avec un nouveau système d’abonnement.

2005 année de transition : les missions se précisent, les soutiens institutionnels sont plus marqués et plus ciblés. La Direction Régionale des Affaires Culturelles du Languedoc-Roussillon et la Région Languedoc-Roussillon affirment une politique culturelle favorisant les résidences d’artistes visant à soutenir une compagnie pour créer ou finaliser une création qu’elle soit chorégraphique, théâtrale ou musicale. La troupe artistique peut alors accentuer son travail de scénographie en grandeur réelle, la mise en lumière de son spectacle… Outre ce soutien à la création, cette présence artistique dans le ville de Florac permet de mener diverses actions de sensibilisation et de développement culturel vers les populations (rencontres, stages, ateliers…), d’améliorer la compréhension de l’oeuvre et le travail de l’artiste.

2006 a été l’année des concerts festifs avec des records d’entrées… les Blérots de RAVEL, les Madeleines, Dobet Gnahoré et enfin les Ogres de Barbak où nous avons accueilli plus de 450 personnes ! L’année aussi d’une résidence en nouveau cirque plutôt originale avec la venue de Sébastien le Guen Cie Lonely Circus pour « le Galop du Girafon ». Le Conseil Régional Languedoc Roussillon affirme également un soutien plus marqué.

En 2007, la Genette verte souffle ses bougies : 10 années de spectacles fêtées avec toutes celles et ceux qui ont contribué à faire vivre ce lieu…En cadeaux? Le groupe culte No one is innocent, le chaleureux Paco Ibanez et l’autrichien Klaus Obermaier venu de loin pour nous présenter un trésor de technologie « Apparition » un trio de danse féerique avec l’homme, la femme et le logiciel…intégré dans le festival des Arts numériques Digitalis initié par l’ECM la Draille.

2008 La politique culturelle est affirmée par les nouveaux élus de la commission culturelle. La fréquentation du lieu est constante et les abonnements sont en hausse. Les temps forts de la programmation sont la pièce « Embedded » par le Petit Théâtre de pain en mars 2008 et l’Orchestre national de Montpellier accueilli en octobre.

En 2009, la Genette comptabilise environ 10 000 passages annuels entre le cinéma, les stages et ateliers, les conférences et les spectacles. Les concerts des Wriggles et de Caravan Palace ont marqué cette année 2009 qui fut clôturée en beauté par la venue de la Cie IETO avec « Serres les coudes », un spectacle de cirque acrobatique plein de poésie.

2010, la Genette change de look, change d’équipe et change son projet culturel en proposant des spectacles jeunes publics, des représentations scolaires et des actions de sensibilisation à chaque spectacle quand ils le permettent ainsi que des résidences d’artistes. La saison est établie en étroite collaboration avec un comité de programmation renouvelé chaque année. Les volontés communes des élus culturels et des acteurs culturels sont de faire de ce lieu un véritable endroit de rencontres, d’échange, de vie culturelle. Les trois salles de musiques mise à disposition de l’EDML sont rénovées (sols et peintures), le studio de danse est remis en état, le hall d’accueil est rafraichi.

En 2011, le metteur en scène et comédien Damien Bricoteaux est accueilli sur cinq périodes de résidence pour la création du spectacle « Je suis un rêve » dont la première a eu lieu à l’occasion de la Fête de la Soupe.

En 2012, arrivée d’une nouvelle directrice qui axe sa ligne artistique sur la pluridisciplinarité et le mélange des genres tout en développant les partenariats et en poursuivant la proposition de représentations scolaires et les actions envers les publics.

La salle de spectacle et le studio de danse sont repeints.

En 2014, le premier battle hip-hop est organisé au Parc Maury en partenariat avec Da Storm.

En 2015, la Genette Verte est fière d’accueillir le Jeune Ballet de Lyon dans lequel évolue un jeune artiste originaire de Florac qui a fait ses premiers pas de danse avec Ballet Bross’.

La saison 2015/2016 marque également le passage de la gestion de la Genette Verte aux mains de la Communauté de Communes Florac – Sud Lozère, déployant ainsi son rayonnement sur le territoire.

C’est également le début de l’association avec la Cie Damien Bricoteaux.